PRÉSENTATION

L’idée conductrice du projet est de montrer différentes manières de raconter une série d’objets, comment leur histoire se construit à travers les différents discours qui les décrivent.

Sur une période de deux ans avec l’aide d’une bourse d’écriture le numérique de la Ville et du canton de Genève et de Prohelvatia, j’ai pu réunir les objets, textes et dessins, et mettre en place une archive ouverte. Ma collection de départ s’est enrichie d’autres objets, de pratiques, de documents et de témoignages. Si l’écriture de ce projet a été à son origine littéraire, son écriture sous forme numérique est passée par une réflexion sur les supports et les canaux de diffusion et la constitution de réseaux de connaissances.

Le choix d’objets porteurs d’une cassure cristallise la narration sur un point culminant, souvent marqué par le secret. 
Mais en cherchant à indexer des objets liés à un affect, un vécu sensible, le travail de mémoire prenait une autre forme. En observant ce matériel narratif dans son expression lexicale pour en faire un répertoire, ma compréhension de ce qui les réunissait changeait à mesure que je tentais d’établir des catégories pour les classer: en dessinant les objets je les racontais, en les photographiant je les décrivais.

LABORATOIRE
d’écriture
numérique

L'archive et le vécu.

Mettre en avant le potentiel imaginaire de l’archive comme déclencheur du souvenir.  Rendre présent le document et sa fiction. Créer des expériences de lecture dans des temporalités et espaces divers. 

Il ne s'agissait non seulement de réfléchir aux conditions de l'écriture de l'objet blessé et les modes de lecture de la mémoire, mais aussi de constituer une communauté de savoirs.

Créer une interface numérique qui suscite des émotions poétiques et des documentaires de l’archive.

Réaliser des interfaces de lecture de l'archive sur plusieurs supports.

Relier des contenus et des connaissances

Produire des expériences virtuelles de l'archive

Le site propose d’explorer comment un même matériel narratif peut changer de sens, avec divers cheminements de lecture.

Vous pouvez vous imbiber de la présence matérielle et visuelle, suivre les étapes de la narration ou encore vous attabler à l’analyse systématique de l’archive.

ARCHIVE: Répertoire

ARCHIVE PARTICIPATIVE: L'archive ouverte recueille les histoires d'objets cassés.

HISTOIRES: Narrations sur les objets cassés de la collection de Michèle H. (MH)

DIGITAL ART: créations digitales des objets de la collection MH.

ARTICLES: Commentaires sur la thématique des objets cassés

Projet PATCH: hypothèses de recherche

«Réfléchir quelles formes l’écriture de la mémoire peut prendre sans perdre sa vibration, ou, autrement dit, comment créer de nouvelles images à partir de la perte de l’original».

L’expérience digitale est mise en avant, la narration se détache du dispositif de lecture séquentiel, au profit d'une écriture de fragments en mouvement.

L’expérience de lecture multiple: statique ou dynamique.

L’espace ARCHIVE est statique afin de laisser le temps pour se pencher sur les objets.

Les ARTICLES et le projet PATCH font appel à une lecture curieuse, comme le journal, une "pyramide inversée" qui synthétise le contenu avec des accroches pour pour donner envie de «lire plus».

L’espace HISTOIRES est une bulle de lecture, le dispositif est fixe pour garder au maximum le confort de lecture.

Des paysages textuels 3D ou en mouvement qui ouvrent des espaces narratifs virtuels sont à venir.

La réception par le navigateur dans le prisme des technologies de l'information

Voir tous les objets côte à coté ou un par un, à l’échelle ou agrandies, les actions clic ou scroll qu’il faut faire pour les voir, les allers retours de la main et de l’œil, tous ces gestes et facteurs changent le type d’attention qui est sollicité - contemplative dans les espaces immersifs, analytique dans les espaces statiques- et la perception des objets. Ces résultats du laboratoire d’écriture numérique sont basés sur des lectures à lire ci-dessous dans les HYPOTHÈSES.

HYPOTHÈSES

Il y a différentes façons de gérer les objets cassés, leur blessure est une marque qui forge leur identité et leur pérennité et leur confère une poétique lié à la mémoire.

Écriture de la mémoire

Pour se pencher sur le rien et l’insignifiant, le rebut il faut puiser directement dans les émotions que les objets réveillent en nous.

L’ethnographie m’a permis de réfléchir sur les aspects culturels, sociaux et symboliques de la pratique de la collection d’objets du quotidien. J’ai d’ailleurs emprunté le terme « objets blessés » à l’exposition Objets blessés: la réparation en Afrique qui s’est tenue au Musée du Quai Branly en 2007 [1].

Créativité et présence poétique du quotidien

Collectionner des histoires d’objets cassés participe d’une d’archéologie du quotidien qui agrandit le détail, qui s’intéresse au rien du quotidien dans sa banalité, sa répétition et son usure.
La destinée des objets, leur effet, le besoin de s’entourer de leur présence peut être perçu comme une manière de se souvenir, de réparer ce qui nous blesse.
La créativité du quotidien à travers un motif comme la brisure, la fêlure, l’usure est toujours lié à une certaine capacité de résistance qui va transformer l’évidence de ce qui est nous est donné à voir, là, sous nos yeux en attente d’être raconté [2].

Objets d'affection, objets-souvenir

Dans la collection d’objets investis par un affect, l’investissement symbolique est transféré sur les objets qui deviennent porteurs d’une mémoire personnelle.
Véronique Dassié [3] a mené une enquête d'ethnologie de l'intime sur les objets d'affection, elle s'est demandé quelles sont les raisons de notre attachement aux petites choses du quotidien? Comment ces objets inutiles deviennent-ils des «objets d’affection» ? Comment interroger la façon dont nos contemporains classent, conservent ? Ces questions nous permettent de voir comment raconter des pratiques de conservation domestique et plus largement, quelle est la relation que nous entretenons aux petites choses du quotidien.

Ces études nous amènent plusieurs constats:

Les «objets d’affection» dont nous ne pouvons nous séparer sont conservés pour leur pouvoir mémoriel et en raison d’un attachement. L’affection portée aux objets suffit à justifier leur conservation.

C’est l’origine racontée de ces objets qui produit leur valeur d’attachement.

La valeur historique et sociale d'un objet se définit donc ici en fonction du lien qui le lie à son possesseur.

Il y a un écart d’interprétation entre l’institution de conservation historique, pour qui l’objet patrimonial a valeur de témoignage, et les déposants d'objets d'affection, pour qui l'objet-souvenir permet de se souvenir.

Pour parler des objets d'affection et trouver comment les
archiver, il faut penser notre rapport affectif aux objets, les formes
de l’attachement, le rôle des objets dans la construction des identités
et les enjeux de l'exposition d'objets intimes au public.

[1] Catalogue de Gaetano Speranza.

[2] Anis Jacques. «Préparatifs d’un texte:

La Fabrique du Pré », Francis Ponge».

[3] Compte rendu de Julie Garnier,

« Véronique Dassié, Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime ».

 

 

L’ARCHIVE

Objets d’affection et objets de mémoire

On ne vit pas continuellement dans la mémoire, ce ne serait pas vivable, nous avons des moments de mémoire et des lieux de mémoire, des espaces qui s’ouvrent dans notre imaginaire. Ces bulles de mémoire peuvent resurgir à l’improviste ou être invoquées. Les objets de mémoire jouent le rôle de médium, ils sont des objets de transfert mais aussi de gardiens d’une mémoire, dans les deux cas ils sont investis d’un affect. La question se pose alors de comment exposer des objets auxquels nous sommes liés, hors de la sphère de l’intime sans perdre leur affect dans un espace de conservation de mémoire dématérialiséE.

La constitution d’une archive d’objets de l’affect reporte la question lancée en 1995 par Derrida dans Mal d’archives, à savoir dans quelle mesure les technologies de l'information (TI) et les dispositifs techniques d’archivation et de reproduction vont avoir une influence sur l’appareil psychique, est-il mieux «représenté ou bien autrement affecté»? Si les deux, représentation et affect, sont actifs, c’est bien «dans leur architecture spatiale et leur économie de la vitesse, le traitement de l'espacement et la temporalisation».

Le projet PATCH s’est fixé comme objectif de tester la capacité de réactivation de la mémoire des TI, c’est-à-dire, dans la façon dont nous recevons les images, comment ils nous touchent et comment nous les stockons. Suivant les conseils de Derrida, la constitution d’une archive numérique «n’est pas un simple progrès continu de la représentation dans la valeur représentative du modèle, mais une toute autre logique» [4].

Comment rendre sensible la dimension de l’affect, tout en conservant sa valeur de représentation?

PATCH s'est fixé comme projet de réfléchir avec des réalisations concrètes comment développer «une toute autre logique de l’archive» par des expériences graphiques et informatiques en laboratoire littéraire et par la constitution de réseaux et d’espaces de lectures. L’objectif est de voir comment une archive par définition stable et fermée, peut évoluer dans un environnement en mouvement, démultiplié et ouvert, en rendant sensible la dimension de l’affect, tout en conservant sa valeur de représentation.

[3] Voir Jacques Derrida, Mal d’archive. Une impression freudienne.

ARCHIVE OUVERTE

Architecture spatiale
Économie de la vitesse
Traitement de l’espacement Temporalisation

Lectures transversales et Humanités digitales

En favorisant une approche ouverte et collaborative, PATCH va étendre sa portée dans le temps et dans l’espace.

Le défi technologique de ce projet n’est pas seulement de réfléchir aux conditions de l’écriture spatiale et temporelle de l’objet blessé et les modes de lecture de la mémoire qui en résultent, il permet aussi la constitution de communautés de savoirs par l’intégration des divers points de vue.

Archive participative

Collecte d’histoires d’objets cassés

 

 

Visualisation de données

NODES & EDGES

La définition des objets en termes de catégories ou mots-clé permet de les relier à la base de données. Rassembler l’ensemble des données autour de la thématique de l’objet cassé, permettra de relier l’archive à d’autres domaines (ethnologie de l’intime, la réparation, la thérapeutique, TI, art, voir ARTICLES). L’utilisation des potentialités offertes par les sciences et technologies informatiques permet de créer des archives ouvertes avec des bases de données liées a été explorée avec l’aide du CUI UNIGE, suivant un modèle d’ontologie, un index de meubles, mis au point par Gilles Falquet, professeur en informatique et son équipe de chercheurs du CUI à l’UNIGE (voir Gilles Falquet et al.,«Augmented Hyper-books through Conceptual Integration»).

Articles

Le journal du projet

Les Articles sont la part journalistique qui retrace les collaborations, les partenariats artistiques et scientifiques, ils connectent et associent des espaces de réflexion sur les thématiques que l’archive met à jour.
Ces participations vont réfléchir quelles formes l’écriture de la mémoire peut prendre et comment elle s’intègre dans une archive sans perdre sa vibration, autrement dit, comment créer des nouvelles images à partir de la perte de l’original.

EXTENSIONS

L’objectif de PATCH est de voir comment une archive, par définition stable et fermée, peut évoluer dans un environnement mobile, démultiplié et ouvert.

 

L’archive va  poursuivre son projet évolutif et modulable avec la distribution de cartes imprimées. Le blog sera  sera la trace de l’évolution du projet et pérennisera l’archive.

Comment rendre sensible la dimension de l’affect tout en conservant sa valeur de représentation.

Michèle Haenni

Patch est un laboratoire de  interdisciplinaire qui continue à évoluer en testant les expériences utilisateurs et utilisatrices.

objets cassés

ARCHIVE
DIGITAL ART

notice: vase

dimensions : H 30 cm;  ø base 9 cm / ø sommet 5 cm 
générique : pièce décorative
usage principal: récipient pour fleurs coupées ou ornement
matériau: céramique
blessure: fêlure
histoire: brocante
particularités: forme
usage secondaire: cadavre exquis
emplacement: salon; chambre à coucher

notice: statuette

dimensions: H 11 cm ; L avec bras: 13 cm/ L sans bras: 5 cm; P 8 cm
générique : oeuvre d’art
usage principal :pédagogie; décoration
matériau: terre glaise
blessure: démembré
particularités: enfance
histoire: archétype
usage secondaire: raconter; se souvenir
emplacement: salon.

notice: horloge

dimensions : H 20 cm x L 25 cm x P 3 cm
générique:  horloge murale
usage principal: mesurer le temps
matériau: céramique; métal
blessure: fractures multiples
particularités: temps perdu
histoire: Hiroshima
usage secondaire: mosaïque
emplacement: salon; atelier

notice: tête poupée

dimensions : H  13 cm; ø base 4,5 cm; ø centre: 8 cm
générique : poupée
usage principal: doudou
matériau: caoutchouc
blessure: démembré
particularités: famille
histoire: enfance
usage secondaire: souvenir
emplacement: mobile; malle

notice: peigne

dimensions : H  13 cm; L 4 cm; P: 0,4 cm
générique: poupée
usage principal: doudou
matériau: caoutchouc
blessure: démembré
particularités: famille
histoire: enfance
usage secondaire: souvenir
emplacement: mobile; malle

Slide
photo 2
photo 3
photo 4
photo 5
photo 6
photo 9
photo 10
photo 7
photo 11
photo 8

notice: livre de poche

dimensions : H 18 cm; L 11,5 cm; P 0, 7 cm
générique : livre
usage principal : lecture
matériau: papier
blessure: déchirure couverture, dos
particularités: Jean-Philippe Toussaint, édition minuit, 2007, p.140
Réparation : Scotch transparent type cristal
histoire: une dispute
usage secondaire: secret
emplacement: poche; bibliothèque

Objets casses
vase 1 blanc
vase 1 noir
vase fissure
vase fissure2
Objets casses
peigne
peigne2
peigne3
Slide
peigne4
Slide
clefs 2
clefs3
clefs 4
clefs 5
clefs 6
clefs7
clefs8
clefs 9
clefs 10
clefs11
clefs12
cadenas
Slide
clef marie
clefs cave2
trousseau bleu
clef_chaine
Objets casses
dessin
dessin2
dessin3
dessin4
dessin5
dessin6
Objets casses
horloge
horloge2
horloge3
armoire
armoire2
armoire3
armoire4
armoire5
armoire6
armoire8
armoire7
armoire9

notice: photographie

dimensions: H 30 cm; L 45 cm; P 0 4 cm
générique : oeuvre d’art
usage principal : contemplation
matériau: papier; bois aggloméré, peinture blanche
blessure: Fracture; déchirure
particularités: transpercée
histoire: potlach
usage secondaire: réparer
emplacement: atelier

notice: bonnetière

dimensions: H 156 cm ; L 54 cm ; P 30,5 cm
générique: armoire
usage principal: ranger coiffes; bonnets
matériau: bois, crochets en matière synthétique
blessure: message
particularités: étroite; odeur; coupure de journal
histoire: blessure secrète
usage secondaire: réduit
emplacement: entrée

notice: dessin

dimensions: H 10,5 cm; L 10,5 cm; P 1,3 cm
générique : œuvre d’art
usage principal: illustration
matériau: lavis sur papier
blessure: emblématique
particularités: sujet
histoire: expression d’un objet cassé
usage secondaire: association; collection
emplacement: chambre à coucher

notice: drap

dimensions: H 262 cm; L 206 cm; P 0,1 cm
générique: literie
usage principal: protéger lit 2 places 160cm; couvrir
matériau: lin; fil rouge
blessure: usure; déchirure
histoire: héritage
particularités: filé main; initiales brodées
usage secondaire: torchons; nettoyage
emplacement : lit; armoire; cuisine

notice: buste

dimensions : H 15,5 cm; L 14,5 cm;
générique : œuvre d’art
usage principal : souvenir
matériau: terre glaise
blessure: fracture
particularités: recollé
histoire: massage
usage secondaire: collection
emplacement: chambre à coucher